Navigation Menu+

Traiter des données patients en toute sécurité avec son logiciel medical

Traiter des données des patients en toute sécurité avec son logiciel médial

Le logiciel médical doit être un dispositif médical à part entière.Un logiciel médical doit répondre à certaines caractéristiques dont son adaptabilité avec la profession médicale en général et avec la spécialité du médecin en particulier.

Ce logiciel doit garantir le secret médical en cas de partage avec d’autres collègues. Pour une meilleure exploitation du logiciel médical, il doit être compatible avec l’installation informatique de l’utilisateur et doit être intuitif et ergonomique pour faciliter l’utilisation, surtout que le praticien se voit obligé de se déplacer fréquemment avec.

La sécurité des données par le logiciel médical

Le logiciel médical utilisé doit s’inscrire dans les dispositifs médicaux, et non limitativement dans des usages généraux, afin de pouvoir assurer le traitement et la sécurité des données des patients.

En effet, certaines caractéristiques sont exigées pour que le logiciel médical puisse garantir la sécurité des données, à savoir la répétabilité, la fiabilité et les performances. Le logiciel médicaldoit être conforme avec des plateformes mobiles et des facteurs externes liés à leur emploi. Il s’agit aussi de se soucier des mesures de sécurité informatique y compris l’autorisation d’accès.

Quels traitements réalisables par le logiciel médical

A noter que l’utilisateur, un praticien normalement, peut faire tourner le logiciel médical sur un ordinateur de bureau comme sur des mobiles et même sur des objets embarqués. A cet effet, il peut réaliser n’importe où du diagnostic, des suivis médicaux, des ordonnances, etc.  Sachant que le logiciel est un dispositif  médical comme tant d’autres, il permet aussi au médecin d’effectuer de prévention, de contrôle, de prédiction, d’atténuation d’une maladie, d’une blessure ou d’un handicap. Plus en profondeur, le praticien peut utiliser le logiciel médical pour la modification d’une structure anatomique ou sa fonction, pour la communication d’informations de par un examen in vitro d’échantillons en vue d’un don d’organe.  Le logiciel médical doit être mis au point et testé pour éviter les erreurs d’observation.